top of page

Professeur Contreras : « Le piège de l’Agenda 2030 [ONU] est dans les petits caractères »


" La société cesse d’être durable dans le sens le plus dramatique et le plus immédiat, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de changement générationnel. Il n’y a pas assez d’enfants. Et l’Agenda 2030 y contribue.


Eh bien, tout cela doit être expliqué pour que les gens ne se laissent pas tromper par la bonté apparente des objectifs génériques. Il faut expliquer ce qu’il y a derrière, ce qui est implicite.


Mais notre société est habituée aux slogans où ne pénètrent pas les messages qui ont un minimum de complexité. "


0 commentaire

Комментарии


bottom of page