La table


“ Nous nous apercevons, non sans malice, qu’un mot devient important dans l’actualité, tant il revient en boucle dans certaines formulations et sur certains sujets brûlants.

Voici quelques aspects d’un florilège amusant.


A tout seigneur, tout honneur : lors de la réception de celui qui essaye toujours de faire Président, Poutine avait choisi, non pas une table ronde, mais une table dont la longueur était tout sauf anecdotique, révélant ainsi la distance, voire la condescendance que le Président russe affichait à l’égard de son hôte, plutôt coincé et très mal à l’aise. Imaginez-vous un seul instant De Gaulle accepter un tel accueil, une telle humiliation, pour lui, pour la France et pour l’Europe ? A la simple vue de cette table, il aurait promptement tourné les talons. Il y en a d‘autres qui préfèrent baisser culotte…. Une autre table sied beaucoup à notre président-candidat : la table de multiplication. En cette période électorale, le président-candidat multiplie les découvertes désastreuses de son quinquennat raté qui se mesurent en oublis ou négligences de problèmes devenus des scandales comme celui des EHPAD, de la sécurité publique, de la fraude sociale, de l’énergie, de la désindustrialisation, du pouvoir d’achat, et bien d’autres encore…Il multiplie les chèques dans l’urgence comme on multiplie les pains pour tenter d’apaiser les colères montantes et menaçantes. Colères peut-être pas aussi menaçantes que la révélation qui couve de dessous- de-table fort embarrassants pour son ami, son homme de confiance, le président bis, c’est-à-dire le secrétaire général de l’Elysée, A. Kohler… Entre ses parts, ou intérêts, intrigues ou autres, dans la compagnie maritime MSC et dans l’affaire Suez-Veolia, il semblerait que l’argent n’ait pas été perdu pour tout le monde… Saura-t-on la vérité avant le mois d’avril sur ces affaires qui bruissent de plus en plus fort ? Pas sûr ! Tout le monde à l’Elysée et dans l’entourage présidentiel s’assoit de tout son poids sur le couvercle d’une marmite explosive pour ne pas qu’il se soulève d’un iota…

Menaces diverses que son entourage ministériel semble craindre au plus haut point en refusant de se mettre à table quand ils sont interrogés par les journalistes sur les nombreux aspects négatifs de la politique gouvernementale. Avant-hier G. Darmanin faisait éclater de rire en direct, et sur le service public, des journalistes qui l’interviewaient en entendant les sottises qu’il disait avec le plus grand sérieux sur son appréciation du bilan du quinquennat. C’était vidéogag ! Hier encore, il perdait ses nerfs face à une journaliste, tandis que sa secrétaire d’Etat M. Schiappa perdait son sang-froid à l’Assemblée en réponse à une question de l’opposition précisément sur l’attitude de son ministre. Dans ce régime, on n’aime pas que quiconque remette en cause les tables de la loi de la religion macroniste. Les gros ennuis ne sont en effet peut-être pas très loin si le tour de table du casting des candidats à l’élection présidentiel fait apparaître de grands absents pour cette échéance capitale. La possibilité d’une nouvelle élection présidentielle faussée et tronquée risque de semer un désordre et une rancœur qui n’attendront sans doute pas avril pour s’exprimer de façon plus ou moins violente… Mais s’il y en a certains qui sont sûrs d’y être, pas question pour eux de parler de bonne table ! Le malheureux candidat communiste en a fait les frais récemment suite à une de ses déclarations pourtant apparemment banale et normale sur son souhait de voir tout le monde bien manger et bien boire. Mais plus question dans ce pays de parler d’un bon repas arrosé d’un bon vin ou d’un bon saucisson beurre sans se faire agresser ! Les indigénistes, wokistes, islamistes, ou verts intégristes crient à la provocation, à l’insulte, et vous êtes immédiatement rangés dans le camp des fascistes ! Encore un sujet sur lequel, à gauche, on ne peut pas faire fonctionner la table de mixage ! Dans ces conditions, qui va pouvoir renverser la table en avril prochain pour faire table rase des errances couteuses et liberticides d’un quinquennat désastreux. Par forcément celles ou ceux qui tapent du poing sur la table tant tout est fait pour qu’ils soient salis, ostracisés, insultés en permanence sur les plateaux de télévision et par la plupart des médias à la solde de l’ordre établi, qui cherchent à tout prix à sauver le système pour préserver leurs petits intérêts et leurs petits pouvoirs.


Attention toutefois à ce que certains, trop sur d’eux ou surestimés par les sondages, ne pensent que la prochaine élection ne une simple table à repasser , et finalement sera qu’une simple formalité, ne tombent de l’armoire au soir du premier t our , et qu’ils ne se retrouvent au Père Lachaise des politiciens battus. A moins que, de désespoir, ils ne roulent sous la table politique ambiant est détes…table! “


Jean-Pierre


Le 9 février 2022


0 commentaire

Posts récents

Voir tout

LIBERTE - EGALITE - FRATERNITE Jamais autant il est autant question que de bienveillance et fraternité au sein de ce monde marqué par l'inégalité d'errants en quête de liberté, Que belles phrases et g